Essai roman-poétique

                                                Ebooks//974

     Le Graal de la Servitude couverture 2

 

 

                                               AVERTISSEMENT

 

        Cet essai roman-poétique est une œuvre fictive à caractère de réflexion.

        Cependant l’œuvre est basée sur la pure fiction à des événements réels.

        Cet essai n'a pas de vocation à des pensées religieuses et ni de sectes.

        Ce livre n'a pas aussi de dessein d'être historique, il reste même virtuel.               


        Certains écrivains utilisent la forme des mémoires pour créer un roman de fiction. Ainsi, dans ‘‘Le Graal de la Servitude’’, Zangiba imagine, le poète Charles Marie Leconte de Lisle, entreprenant de rédiger ses mémoires à l'approche de sa mort. Cette forme, propice à l'introspection, lui permet de faire entendre la voix intérieure du poète ainsi de découvrir sa vie privée vue par l’esclave. Mais à la mort de Zangiba il surgit un fait nouveau : les mémoires de l’âme.

Zangiba devient un acteur mystérieux qui continu ses mémoires post mortelle. A la rencontre de personnages parisiens qui sont initiés à un culte secret intitulé le « Prieuré de Sion ». C’est alors se produit des moments de vérité autour du saint-graal et les divers complots religieux.

                                                

                                                             ILLUSTRATIONS

 

                     Montage d'après l’œuvre du penseur de Rodin et dessins sur l'esclavage

                                                          

                                                        Illustration de couverture

                             Paul Clodel Cochard ( ‘‘zangiba’’ Peinture néo-traitïste)

                                   

                                                                  Ebooks//974

                                                  Ass.Paul Clodel A.P.C. © 2018

  

 

                       L'Ode au roman-poétique

                        ''Le Graal de la Servitude''  

                       IMG_5888

 

 

                                                                          PRÉFACE   

                          

                                 Naître et Mourir pour la néo-poésie

« Un essai est une œuvre de réflexion portant sur les sujets les plus divers et exposée de manière personnelle, voire subjective par l'auteur. Contrairement à l'étude l'essai peut-être polémique ou partisane ». (Wikipédia)

Plus souvent aux textes littéraires qui se prêtent à la réflexion philosophique, L'essayiste que je suis, vous introduis dans cet essai par un domaine d'une expérience personnelle qui épouse le Roman (classique, politique ou policier), à la Poésie donnant ici un Essai Roman-Poésie inédit.

« A exagium » un poids, un appareil mesurant pour vous un « Néo-Roman-Poétique ». Qu'il soit construit : en vers, en structure textuelle, en mètre, rythme, coupe ou bien encore à genre de rimes classiques, il est à la métaphore du roman et de la poésie.  Donnant dans ce dernier une suite (si bien dans l'histoire, des nouvelles…), un nouveau style dans la littérature française...

« Sil fallait mourir un jour, je vivrai que de la poésie, je vais nourrir mes jours jusqu'à la sève de la frénésie».  (P.C.C)



        Ma vie d'hier me rappelle aux grandes Odes poétiques !

 

              Mon passé me rappelle, anciennement, à la poésie

              Veule de ce moment trépide du créole que je suis.

              N’oubliant guère le lyrisme qui ressaisit cette vie.

              Pareil à un animal mouillé qui ressurgit un ressui.  

              Cet élan sauvage me fait oublier cette vie d'île.

              Une pensée à celui qui était diplomate français,

              N’eut de nom, Paul Claudel, en littérature qu'un édile

              De la communication à ne surtout guère offenser.

              J'ai perdu la beauté des mots,  je suis fier d'être créole.

              Autrefois j'étais popularisé, depuis je suis guéri

              De quoi fut nôtre secret tous les deux  ? Je suis l’auréole

              De ma vie poétique parvient du fait qu’il soit aguerri.

              Fuir l'oubli, il vous rattrape au tournant d'une autre vie.

              Fuir devant les beaux mots, ils vous rattrapent alors au mutant,

              Traquer par ma vie d’autrefois, me réveillant aux poésies.

              Je reviens, aujourd’hui, affirmant ainsi un mal permutant !

 

           L’hexadécasyllabe de Paul Clodel Cochard (A l'âme poétique Claudélienne)  

 

                                    

                                            Vers le Roman-Poétique

 

Dans une époque moderne telle que la nôtre, en l’an 2018, on est en droit de se poser des questions sur les innovations dans le domaine romanesque. Si certains lecteurs pensent que le genre romanesque s’épuise c’est qu’ils n’ont pas vraiment torts. La pléthore  habituelle de romans est presque souvent raconté dans un genre de style traditionnel.

Avec le néo-roman, le roman n’est pas mort ; il est réinventé ou bien innové de nouveauté. Cependant le roman reste et restera, un plaisir de lire. C’est aussi un plaisir d’écrire sa vie intime ou privée ou bien même des aventures. Il reste que, le roman est aux élites romanciers et que ces derniers n’ont plus aucune envie de changer leur style, leur genre et encore moins de tout changer, pour la simple raison, ils ont du succès ! 

De nos jours, être un innovateur dans le roman, c’est d’être un peu prétentieux ou bien n’être qu’un inconnu qui cherche à se faire un nom, et avant même de publier une œuvre. Il est vrai qu’aujourd’hui, l’audace ne peut être considérée comme une qualité et dans un registre moderne, on peut se poser la question suivante : pourquoi pas le néo-roman ?

Et si le néo-roman est une incapacité à écrire un vrai roman traditionnel ?

  Il est concevable que le néo-roman est une innovation comme la technique picturale mais il reste de l’ordre expérimental. Cependant, on pourrait penser que les innovateurs ont eux même une grande place à prendre dans ce milieu romanesque artistique.

Est-il préférable d’écrire un essai, qu’un roman ? De surcroît, si vous avez des professions : philologues, sémiologues, mémorialistes et qui nécessitent un loisir d’écrire, alors l’essai au lieu du roman, est une solution.

 On est loin de « L’œuvre » d’Émile Zola, qui non seulement dénonce le mal social mais en plus, n’est qu’un défenseur des impressionnistes ; pour ne pas rajouter d’être un détracteur et bien entendu, si on fait allusion à un Claude Lantier en un Paul Cézanne ! Puis Balzac, qui était imprimeur et défenseur du livre ! Flaubert était le défenseur de la littérature et tout comme Maupassant et Victor Hugo, ne scintillent-ils pas (surtout chez Hugo) par leur innovation romanesque et poétique. De même les parnassiens, comme Charles Leconte de Lisle,  poète originaire de l’Île de la Réunion. Avec Lacaussade comment ne pas les décrire dans ce roman-poétique. Les abolitionnistes :Leconte de Lisle, Lacaussade et Schoelcher sont dans ce livre les héros. L’histoire de Bamboula est fictive mais elle est basée sur des faits historiques.                                         

Depuis 1929, le roman poétique est un mouvement...

Cette deuxième livraison du « néo-» roman-poétique mérite l’attention à plus d’un titre. « D’abord, parce qu’à travers la formulation ambivalente de « roman poétique », elle permet de saisir dans l’histoire des Lettres belges le passage du fantastique réel, introduit par Picard et repris à son compte par Hellens, au réalisme magique, dont Poulet se revendiquera explicitement dans les années 1930, sans d’ailleurs modifier sensiblement les positions qu’il avait développé en 1929 à propos du roman poétique ».

(extrait de textyles.revues)

Est-ce le Roman-Poétique de Paul Clodel Cochard, ne conviendrait-il pas de révolutionner le genre littéraire romanesque ? Soit, en revenant à un contenu qui interpelle, le genre de l’Odyssée ou de l’Enéide? 

Après tout, voilà un livre dans lequel il raconte de façon fictive, les Mémoires d’un esclave poète, Zangiba, tout en vers réguliers, en structure du texte en alexandrin (12 syllabes) et en son fameux « hexadécasyllabe » (16 syllabes). Paul Clodel respecte le rythme, la coupe et bien-sur la rime. De ce fait il donne à la poésie une lecture suivie, comme à celle du roman au déroulement de son histoire d’aventure. De même la Philosophie poétique est à sa comble dans cette Édition inédites intitulée : L’Ode au roman-poétique.  

L’équipe A.P.C. (Ass.Paul Clodel)

                                     

                         L'Ode aux dédicaces poétiques

                                           Portrait de P

                                                      Par Paul Clodel Cochard romancier-poétique d'essai et peintre:

  

                 Je dédie "L’Ode au roman-poétique", livre en vers,

                 à l’esclavage partisan des mémoires poétiques.

                 L’ode des mots fictifs provenait des rayons de l’univers ;

                 jadis par ses vers et syllabes au vrai sens artistique.

                 A l’ombre de ma vie d’artiste-peintre, j’écris cet essai

                sur un domaine historique du destin d’un esclave.

                L’ode que j’ai au cœur reste écrit et non lue, désormais

                elle sera lue et comprise par vous lecteurs, sans l’enclave

                de ce combat abolitionniste dans le monde entier.

 

               L’esclavage était le vol d’un peuple faible d'Afrique !

               Aux Comores, à Madagascar parce qu’il est né bronzé

               et païen qu’il doit à la société des créoles. Puisque

               nous serons point libre, "le Code Noir" par un roi fut osé !

               Nous vivrons sous l’influence des plus forts de notre peuple.

               Vivrons-nous, le jour, la main attachée pour faire leurs devoirs !

               Cette servitude nous entraîne tous vers le bien-meuble.

               Nous en demandons rien de plus que de libérer l’espoir.

               C’est cette raison qui m’a poussée d’écrire ces mémoires.

               Aux peuples qui ont tous des mauvaises conditions humaines ;

               à Dieu, nous écoutant, réfléchissons à changer l’Histoire.  

 

              Nous pourrons être défenseur d’un vrai combat sans rébellion.

              Nous aussi, nous pouvons tous réfléchir sur notre destinée.

              Si la religion a voulu nous réunir en RÉUNION

              comportons-nous en peuple réuni : l’Ode au cœur destinée.  

 

                                          Charles Leconte de Lisle

                                                                        Charles Leconte de LIsle 1818-1894

              A nos aïeux réunionnais esclaves, aux libérateurs,

              à Charles Leconte de Lisle, aux lueurs des poètes

             qui se sont dévoués pour l’abolitionnisme des auteurs.

             Je dédie ce roman-poétique aux peuples poètes...

 

  IMG_5885

                              1.   

                 

 A Zangiba, Mémoire au présent d’esclavage...

  Saint-Paul cimetière d’esclave, Île Bourbon 1845.

 

 

 

Sans un nuage frais claire mousseline, 

nous protégeant soleil ce dimanche matin, 

tu venais d’Afrique, Zanzibar, l’incertain.  

Par mer, d’un négrier aux rames marines,

aux douleurs dans tes écrits et que tu contais.

A ces mots, je lis l’infime vie prend l’âme.

Au corps mort si bien mémoire réclame.

Le souvenir lire tes poésies me hantait.   

La cloche d'église alertement tintait ; 

ce vent de mer berçait doucement le calme. 

Pareil aux rayons d'or, ô soleil qui émane

notre peau blanchâtre, noircie crépitait. 

Le bracelet aux poings, chaînes sur cheville 

le fouet donné plaisant aux blancs moussaillons.

Que de douleurs portaient, assidus compagnons. 

Ta vie est l’œuvre d’un destin qui brandille. 

Ployant leur jarret maigre, nerveux et chantant, 

Sous les coups donnés par des maîtres revanches.

Le bambou sur l'épaule, mains sur les hanches, 

accompagnant maintes dimanches, il est temps

d’ouvrir tes mémoires poétiques s’enlacent

déjà de ne pas être publié vivant.

Moi, Charles, poète de Saint-Paul, toi mourant,

au chevet du lit mendiant je te préface

ces "Mémoires", Zangiba, sur l’esclavage

seront digne d’être un livre mystérieux !

Je m’engage à revenir sur ce trou pieux

dans le sol Saint-Paulois, lire tes messages.

 

J’ouvre la première page en préface.

Sur des lignes de vers écrites par la main

tremblante d’écriture m’ayant en soutien.  

 

Zangiba ne pouvait écrire par race    

meurtrie du silence qu’avait l’esclavage.

Te voici me racontant ta vie, si français

dans tes écrits. Toi le poète si loin, naît

d’une terre africaine en présage

d’un cœur bourbonnais malgré toutes tes forces;

après quinze années d’y rester africain.

Mille-huit-cent quarante-cinq, libre, c’est certain,

n’en démembre tes villageois qui s’écorce.

Le long de tes premières pages, poésies,

où les vieux souvenirs d’Afrique y venaient, 

par les groupes joyeux frères, ils s'animaient 

aux bruits des bobres font ainsi ta poésie.

Parfumait bien ta présence illuminée.

dans l'air des alizés l'odeur des tamarins 

plongeant soudain mon cœur d’un remord ce matin. 

Au ciel, les pailles-en-queue font de grandes traînées, 

Et tandis que ton corps se meurt dans la tombe

je suis devant peu de famille, tes amis.

A l'ombre des flamboyants rouges et parmi  

tes meilleurs amis jouent encore sur ta tombe.  

Sur tes poésies teintées goût écarlate,

je m’asseye donc dans l’ombre de ta couleur. 

Pendant qu'un air qui m’accompagne tel souffleur, 

se posait cette lecture délicate. 

Je prenais risque que ton tombeau d’artiste 

où tu te repose à vie sur l'oreiller, 

et, sur tes yeux clos, négligent de sommeiller, 

je dicte lectures abolitionnistes.

Tu t'enterrais ainsi, par ce matin si doux, 

la sortie d’église à la grande messe. 

Zangiba, esclave naïf de jeunesse, 

te voilà devenu un maître de chez nous.

Maintenant, dans le sol aride de grèves, 

sous les chiendents, terre ouverte près la mer, 

Tu reposes parmi les morts qui me sont chers, 

O charme tes poésies je réalise ton rêve !

Charles Marie…

 

                                                               2.

 

                                                 Île Bourbon, 1845

   Quelques mois auparavant avant de mourir dramatiquement, Zangiba l’esclave érudit poétisait sa vie à son maître et ami, Charles Marie. Dans ses mémoires, il retrace sa capture en terre africaine, en Zanzibar, un moment important de son existence sur l’île Bourbon. Ses derniers et seuls écrits poétiques avant sa mort racontent la grandeur de son combat. Ce dernier fut la plus belle arme pour un jeune esclave africain : la poésie.  



                                Mon pays, l’Afrique vers 1835    

    Le soleil s’apprêtait à boire à la source de la mer.

Beauté de l’Océan qui brille par sa lumière bleutée.    

Ô quelle ressource mon pays Zanzibar dont je suis fier !

Chaque journée dans ma chair me sentant près des miens l’âme outrée.  

Pour toi mes mémoires, aux quêtes poétiques avec le cœur.

Sur mes paroles écrites par main du poète, Charles,

je poétise ma vie éthique d’esclave en Afrique labeur.

 

    Ce dur labeur me tuait mais sa terre dure a du charme.

Je vivais ma vie noire tranquillement et paisiblement.

Ô suis-je vraiment fait pour vivre loin des miens l’aventure !

J’ai pris ma décision personnelle de quitter mes parents.                              

Un soir bien décidé j’ai passé à l’action pour l’aventure.

Je me suis éloigné de mon village du nom : Zanzibar.

Mon jeune âge m’avait aveuglé pour libérer l’otage                          

de cette vie d’adolescent. J’allais sur un chemin fêtard

suivre ma destinée qui par capture m’a fait l’outrage.

 

                                                                *

 

  Douces vagues chaudes plaisir qu’elle procurait aux marches.                 

Loin d’antipodes imaginés j’admirais les étoiles !

Ô, je prenais enfin les voiles à côté mes démarches.

Piétinants les rochers qui étaient brûlés par ciel étoilé.  

Vivre ainsi l’essentiel et puis j’allais par mes yeux voilés

par mon ego vers la plage en solitaire dévoilé.

J’étais heureux de vivre cette riche aventure.

Ne me souciant guère du reste, je humais la nature.

Elle avait un goût salé et cette mer en parure

bleuté de nuit. En pénétrant tout à fait dans ses flots salés

je nageais paisiblement et peut-être, dormir étoilé !                                   

Enfin, bercé des flots, je me couchais, libre et dévoilé.

Sans s’attendre s’écrasait une vague sur mon visage

qui me fit réveillé de mes songes vague et divagues.

Pourtant cette magnifique nuit sur cette plage vague

Aucun bruit, autre que celle de la mer m’aurait découché.

Allongé sur ce beau rivage de sable rouge chauffé

je divaguais au plaisir qui naissait d’un bain mouillé.

Je le ressentais sur ma peau teintée, couleur de l’Afrique.

Tant épuisé, je me laissais bercer façon angélique

aux rêves merveilleux. Néanmoins ma pensée diabolique

me soudoyait. Elle me dictait ne plus rentrer près des miens.  

Cette immonde pensée me donnait donc la nausée. Si bien

je songeais de m’écouter, de me décider de partir loin.

Et puis, sous les cieux de cette nuit aux maintes étoiles,                            

seul sur cette terre divine prêt à prendre les voiles

je décidais plutôt de rentrer !  Car ma vie familiale,

loin d’elle me manquait. Pourtant, je m’étais dit que et redit

que je n’attendais plus rien du village, c’était mon dit !

Je ne me suis guère écouté et du coup je suis parti.  

J’ai écouté et réécouté le chef dans ses paroles,

puis en écoutant ma pensée j’ai préféré mes paroles.

J’ai décidé fuir car ma honte devant eux était folle !

 

           Mon pays l'Afrique-001

                              Zangiba à Zanzibar en Afrique...

Après avoir pu élucider, l’envi de fuir fit si court !

Ma promesse perfide sur un projet ambitieux mais lourd !

Ma course s’écourtait et donc je rentrais chez moi, d’un parcourt !

 

Bien décidé de rentrer par le chemin de plage rouge.

Sur mes pas, un doute, me fait renier ma pensée jalouse.

Elle me poussait loin de moi-même m’approuvant ma frousse.   

Soudainement l’ombre d’une ironie me fit réfléchir.

Je refaisais mes pas pour rentrer chez moi, manger, me nourrir.

Quand au loin j’entendais un son de tambour, qui me fit frémir.

Cette sonorité d’un grand émoi, venait près des côtes.  

Me dirigeait-elle vers l’autre village qui nous décote

par sa réputation envers notre chef, bien d’anecdotes !

Et m’obligeait-elle de vouloir craindre cette outrage !

Ce Chef de bourgade, Maloya, nos idées sont fades.

Mais ma pensée était folle, cette sonorité sage

m’attirait de plus en plus ma naïveté d’adolescent.

Le son de plus en plus vibrant, devenait aux tympans perçant.  

On aurait dit une incantation à Maloya, pourtant,

c’était la priorité d’esprit du savoir artistique,

né d’instrumentation, en Afrique, ô douceur féerique.

Ceci a dévié ma voie et m’a poussé vers la musique.

Pris par cette mélodie, je finissais par perdre tête !

En arrivant vers eux, j’étais honteux d’épier en cachette

derrière un talus de roches où j’allais en conquête.

J’apprenais d’eux quelque chose de nouveau, rythmes déchaînés.

Une danse se faisait autour du feu avec des guerriers

de Maloya qui vouaient des incantations au sorcier.   

 

Ô, je craignis soudainement la peur des sons virtuoses !

Car leurs chants sont des prières, et puis, que la vertu ose !

Ô, quel est ce malheur qui m’envoûtaient le cœur à la chose ?                                  

 

Mère dans sa causerie, m’affirmait les Maloya du bourg

sont prises de folies et d’extraverties.  Ce n’est qu’un faux bourg !

Ils obligeaient la raison de suivre l’appelle du tambour.

Je me sentis aussitôt des frissons froids envahir ma peau.

Le guerrier qui se donnait des rythmes ni mauvais au hameau

sur un instrument qu’était ce tambour mystique de troupeau.

Le tambour se donnait de plus en plus fort aux résonances.

Et le malheur des chansons d’autrui faisait mon attirance.

Et je fus épris par cette prière ensorcelante.

 

Dans mon village natal, Zanzibar, notre communauté

exauce la prière pour Dii Mauri¹ autour du feu dans la pure beauté

des paroles poétiques venant d’esprits divinités.

Maloya par contre c’était la vie, ils la vivaient de folie.

Autrement dit leurs prières au sorciers étaient féeries.

Je revivais caché derrière les rochers de mélodies.                   

Ils étaient près des brasiers chauffant leurs apparences fières.

Leurs corps ébraisés dansaient sur des rythmes suivant la prière.   

C’était là un cri de colère d’une nuit éphémère.

                                                   

                                                          3.

 

                                                  Les Captifs


Je fus emporté par le chant, la mélodie et la danse.

Soudain un bruit, venant du champ me fit sortir de ma transe.

J’eus subitement une frayeur en dégageant ma hanche

de ma position accroupie, une main se posa soudain

sur ma bouche et m’empêcha de crier haut et fort quelqu’un.  

Puis une deuxième main m’encercla le buste par un gourdin.

Je fus jeté sur les rochers au point de fuir, sachant louche.

Je me relevais, écorché, un être sortit des brousses

de peau blanche, m’attachait à une branche. Une course

de plusieurs individus vers le village de Maloya.

Cette troupe d’homme venait de mer, nous étions des appâts.

Ils étaient arrivés par barques qui étaient en contrebas.

 

De là, ils prirent leurs marques, nous attaquant par surprise.

Des bruits venant de leurs armes tuèrent les guerriers en prise.

Capturant ceux qu’ont du charme au hameau en traîtrise.   

Je criais amarrer sur la plage tout mon amertume,

Je voyais la mort qui avançait son temps vers l’écume

des vagues. Il récitait sa poésie titre posthume.       

 

La première troupe de Maloya passa en cœur sage.

La fierté d’un se guerroya, un coup fouet rendit sage.

Ils m’arrachèrent au roc et m’entraînèrent au rivage

L’un à l’autre sans trêve, ils nous attachèrent au poteau.

Ils embarquèrent les vivres et nous montions dans leurs bateaux.

Nous étions leurs captifs, à vivre. Ils mirent feu au hameau. 

 

                        L'Ode N° 22

                        L'Ode N° 29

 

                                                            *

        

                                                               L’embarquement  

 

                                                   Capture esclave sur un bateau 3

              

  Nous voyagions contre gré dans une barque de fortune.

Seuls, avec un homme agrès causait fuite opportune.

Par petit groupe nous restions liés d’attaches commune.

L’homme enfilait son veston, l’un de nous, en plein mer, sauta.

Pour nous retenir au calme, l’individu nous fouetta.

Cordé en pleine mer calme l’évadé se girouetta.

Celui dans l’océan causa le souffre douleur de l’autre.

Resté embarqué, lui causa d’être tenu par les autres.

L’homme nous cessa de ramer aussitôt donna des ordres :

– Montez l’évadé fugace ! Disait-il, et corder le corps

noyé qui nous menace. Je n’ai jamais pressenti la mort,

si proche et si fort, qu’un sabre tranchant sec le bras du mort.

Ils rendirent à la mer le macabre. Bravant son arme

au ciel, l’homme blanc sans cœur, n’y admettait guère son drame !

Cette race de crève-cœur, que ce crime nous alarme !

Il n’avait que d’amertume ! Je lui fixai droit dans les yeux.

Il se permettait l’amertume. Sa blancheur fit lui, un dieu

méchant ! Mais quelle race d’individu ? Ils étaient-odieux…

 

J’étais leur captif. Ne pouvant revenir sur le rivage

je me laissais embarquer par ses blancs aux maintes outrages.

Je ne serais captif si j’avais pu rentrer au village !

Nous arrivions près d’un vaisseau où, ils nous ordonnaient de sauter.                                                            

Ils nous remontaient à l’assaut. Nous sommes autant réclamés.   

Sur le dos d’une grande bâtisse, nous montions contre gré !

Les captifs mâles agrès devenaient sous les coups de fouettes,

attentistes. Nos sorts étions leur désir non gentillette !

Nous avions plié quand ils nous obligeaient des pirouettes.

Le non désir d’être enchaînés et abattus, nous tombions

de fatigue. Ils prenaient nos chevilles qui sautaient d’un bond,

pour mettre des chaînes de fer. Puis nous attendions sur le pont.

Me voilà à me déplacer dans l’ombre d’une victime.

L’enchaînement se déchaîne l’un derrière l’autre en rythme.

Les résistants sont déplacés, poignets entravés, intimes.

Nous voilà assis à l’avant de ce bateau, j’avais sommeil !

L’aube naissait, telle lumière d’un Dii¹ qui appelle Soleil.

Éclaire notre prière lui demandais-je en éveil ?

Femmes et enfants ont été rassemblés à l’arrière.

Aux sorts que nous subissions, les africaines étaient fières. 

Les hommes étaient descendus dans les cales sans manière.

Jamais, un lever de soleil m’avait touché par tristesse.

J’ai vécu ce réveil, d’une pensée d’esprit petitesse.

Le bateau avait pris le large en prenant de la vitesse.

Ô mon cœur était si triste, Dii, lumière du matin,

Cette souffrance m’attristait. Mon âme mourait ce matin,

Par mains et pieds liés nous étions le butin de ces marins.

Éclaire-nous, Dii, de tes braises, étincelantes, brûlante.

Brûle-nous, Dii, par tes brasiers, ta force concomitante.

Il me restait à prier pour une force d’espérance.

                                            Capture esclaves bateau 1Lisapo ya Kama-001

 En bas, nous nous regardions tous dans les yeux sans vouloir parler.

J’étais amarré au sol, le corps nu au contact du plancher.

J’avais si peur mais mon courage m’avait beaucoup compensé.

Je découvrais des étrangers dont je faisais connaissance.

Les guerriers de Maloya avaient pour moi de la méfiance.

Nos tribus étaient en guerre depuis longtemps, pas chance !

  

¹Dii Mauri (Dieu Maures d'Afrique)  

                                          

                                                          La traversée

                                                       Capture bateau

 

Venait donc ce questionnement comment revenir sur terre ?

Je n’ai guère eu le moment ni le temps car on me fit taire.

Ils nous apprêtaient à ramer quand le vent était contraire.

Nous descendions dans le ventre et dûment, ils nous installaient

aux rames, prêtes à ramer. Le vent, ce matin paressé,

ils nous ont pris prompts aux ramettes d’un enchaînement pressé.

Nous ramions aux forces d’épuisement et sous les fouettes.

Je n’ai autant travaillé, jeune, je n’étais mauviette

pour personne. A leurs yeux j’étais qu’une silhouette.

D’une beauté qui oscille l’eau bleue de l’océan Indien,

Croyant pouvoirs de pacotilles il berçait, moi, l’africain.

Adieu terre rouge, adieu famille où part mon destin ?  

Je découvrais que nous n’étions pas les seuls à la capture.

D’autres, aigris par punitions, ne regrettaient l’aventure.

Des coups de fouets pleuvaient sur nos dos, leurs servant d’armure.

Venait s’installer en moi la fatigue, qui rendait la brise peu jalouse.  

Nous devions la faire réveiller cette mer semblant lourde.

Elle nous regardait travailler, sans nous aider, si sourde.

– "N’ont font qu’à yeu tête, ces cheins ! V’la cor un’n maodit niant,                       

Vouz vla parti a vouz gingein, de l’vâ bé douc’ment s’mouriant ".¹

Disait l’homme blanc de l’équipage, d’un air peu souriant !

J’écoutais leurs conversations, je ne sais point les paroles.

Ils étaient de quelle nation, nous captivant, pour quel rôle ?

Je ne finissais plus de me questionner dans notre geôle.  

Lorsque s’arrêtaient les fouets, coups donnés sur nos peaux nues.                                                

Nous avions peur d’être roués,et nous ramions sans retenues.

Ils nous frappaient de jour comme de nuit sur nos peaux noires nues.  

 

¹Ils n’ont font qu’à leur tête, ces chiens ! Voilà encore un maudit fainéant                                                                                          

Vous voilà en plein jugeote de les voir doucement mourant.           

 

                                 La soufflette inassouvie.

 

                                    Ode bateau interieur



Nous ramions à l’épuisement, le vent de mer berçait nos vies.

Nous espérons tant ce moment, la soufflette inassouvie.

Quand bien même le vent sifflait, caressant les grandes voiles,                                                      

il nous poussait, je m’essoufflais. Les mains descendaient les toiles.                                       

Ils sévissaient à les tenir. Soulageant là, nos souffrances,

priant pour le retenir, et puis de nouer sa confiance.             

Nos tortionnaires nous libéraient des chaînes et de nos rames.

Ils nous enchaînèrent, obérant aux nettoyages des lames.

Puis nous vidions nos déjections. Ainsi nous grattions ces bailles,

souillant, avec la projection d’une trêve sans assailles.

Nous recevions plutôt, en haut du bateau la pluie de fouettes

si nous ne dansions pas plutôt. Nous épuisant nos airs fêtes.

Par cette grande nuit au vent, nous descendions tous macabres,

affamés, la têt’ à l’évent, nous tombions comme un arbre.  

Notre pitance était du riz, d’eau et qui nous abreuvait.

Le soir attiédi se nourrit d’un vent fort que Dii fit preuve.

Nous devions le remercier, sans lui, nous retournions aux rames.

 

Je n’ai certes pas apprécié cette passion pour le drame.

L’un d’eux, sans cœur, nous enferma dans le ventre de ce bateau,

avec un des nôtres ferma le couvercle sur les liteaux.

Nous devions tous les deux dormir d’une position assise,

se faire face et dormir enchaînés : quelle bêtise ?

Maints mots se firent sentir, guère même l’envie des larmes.

Cachant même mes pleurs pour mentir à l’autre, ma foi arme.

Je me confiais l’esprit à Dii pour qu’il me libérait ma vie.

Aidait nous pour prier Dii d’esprit, pour nos corps souffrant de vie.

Je désirais croire à l’espoir si c’est Dieu qui le donne.

Je lui demandais l’espoir que si la prière pardonne !

 

J’ai du faire un profond sommeil et qui me faisait vivre

mon passé sous le soleil, où il faisait bon de revivre.

J’ai envie de croire en Dieu, sa main punit et puis j’accepte.

 

J’avoue d’avoir fait là, l’adieu, à mon passé et puis j’accepte.

J’acceptais d’être enfermé, que la nuit éclairait ma vie.

Sa douce lumière peut fermer l’ombre, de mes joies que j’envie.

                                               

Ô, j’acceptais ma punition ; donner ici par un peuple

dont la force des munitions, leur donnent droit aux repeuples.

Devais-je donner mon esprit qu’infâme homme de race ?

Né pour vivre du mépris, nous considérant de sous-race.

Qu’allaient-ils faire de nous prisonnier ? Où nous conduisaient-ils ?

Ô mon Dieu, écoutez nous, mon destin est vous ainsi soit-il.

 

Entrait un rayon de soleil qui me fit sortir mes rêves.

Il m’éclairait le réveil, où que le silence était brève.                                         

La journée semblait s’éveiller d’une douce lassitude.

La noyant en mer de braiser pareil à son habitude.

D’un flambeau de toute beauté, qui chaque jour nous projette

des rayons de soleil bleutés réveillaient nos nuits muettes.

 

Réveillant l’odeur de la nuit, la vomissure d’urine.

Nous étouffant tous dans nos bruits de notre journée chagrine.   

Soudainement, j’entendis comme la chute d’une chaîne.

Puis, plus aucun bruit se fit ! Soudain, un cri sortit sans-gêne.

Nous sentions passer des canots grinçants sur le bois leurs chaînes.

En vibrant le bois du bateau, une frénésie d’oxygène

me renaissait. Un clapotis surgit, ensuite une autre,

vient le silence qui agit en maître gardien des nôtres.

                                   Ode photo-001

 

Ils nous ont oubliés ce jour, nous privant ainsi de lumière.

Gardant le fer qui nous entour, ventres creux, mais pensées fières.

Notre ultime espoir prenait fin, d’une lassitude,

à espérer quoi enfin ? La mort vient à son habitude.

Certains d’entre nous criaient leur peur, aucun répondait, crainte

d’une révolution sur heurt. Nous semblions crier plaintes.

Nul ne nous libérait de là. Comme un vaisseau fantôme,

aux odeurs de pisse de rats, nous ne croyions plus en l’homme.

Et puis, fut exaucé mon espoir, par un chant de souffrance

qui apaisa le désespoir, tel un long cri de défiance.

Dans ce chant guerrier qui chantait la mélodie chassant la peur.

Une offrande qui déchantait la colère intérieur.

Au bout de nos peines, enfin, venait alors le bruit des chaînes.

Des grincements qui étaient loin, et nous libéraient cette peine.

Soudain il eut un sens de vie par des cris d’animaux, bruyants

Nos membres gonflés et sans vies à nos pauvres corps indolents.

Ils nous sortaient tous de nos trous, nous obligeant à l’entraide.

Afin de monter de ce trou, ceux qui Dii, venait en aide.

Nous pensions à la mort, comme une ultime débarras,

et rendant en mer ces victimes. Liberté, nous libéra !

Soudainement sur le pont des nouveaux visages parurent.

Et une tribu venant des grandes terres nous apparurent.

Comme l’envie d’une offrande spontanément, quelques uns

se jetèrent en mer pour vivre. Puis des coups de feu touchèrent un,

et d’autres jusqu’à la mort s’en suivre.Vinrent pleurs et colères.

Nous oublierons jamais ça, car ma haine ne se décolère.

                                     Capture esclave sur un bateau 5-002

 

Le lendemain nous étions loin en mer et peine de vivre.

Nous figeant tous dans nos chagrins, nous faisions les tâches libres.

Je les regardais, pareillement nous, ils étaient prisonniers !

Comment pouvaient-il nous priver de vie par barbarie d’alliés ?

Nous recevions d’eux un repas,don, en quête de survivre !

Des carcasses d’os dans nos plats, la faim venait à s’ensuivre.

Sur nos peaux bleuies, sanglantes  ce fut le retour des fouets.

Maudissant l’âme rampante aux cris de révoltes soufflaient.

Je m’habituais à ce sort, vaillant et fier d’être un homme.

Je ramais oubliant leurs torts, ma pensée s’y noyait baume !

Vint l’eau du ciel sifflant vite, une nuit, ne pouvant sortir !

Le navire prit l’eau très vite nous obligeâmes de dormir !

 

                                  Capture main divine 00

Notre piètre lit prit donc l’eau. Un vent hurla toute force,

frappant nos têtes du liteau, nous donnant, là, des entorses.

Le bateau se coucha sous la rafale d’eau salée de mer.

Des fortes pluies anormales venaient d’un vent fort et amer.

Soudain il y eut un gros bruit, il nous immergea de craintes…

C’était Dieu du ciel ! j’en déduisais, obligeant la contrainte...

 

                        Une nuit noire, sous la cale, la peur.

 

Le temps, brièveté, l’ombre ont tombé au noir firmament 
dans la mer abattue et sombre. Une nuit entièrement

voilée d’obscurité, effaçait le temps, densité d’ombre.

Nos esprits se tournèrent vers la mort, d’une main qui nombre.

L’océan abattu sombrait de souvenirs, d’attachements, 
le temps, brièveté, l’ombre ont tombé au noir firmament. 

Luttant jusqu’au petit matin, de mer salée pleine cale.

Tels étaient nos sorts, ô destinée mouvance optimale !

Vint l’éclat d'éclair qui s’en torse à l'unisson par les flots.
Sous la cale d’un bateau forcé, la peur et crainte des maux.

Aux conciliations par mes mots. Je rêvais cette nuit mi-close.
La foudre nuit aux songes, et je rêvais, les yeux demi-clos.

 

La mer se calmait doucement. Il me semblait sous la flotte,

d’être celui dûment choisi par Dieu pour être son hôte.

D’une nuit agitée au calme, la tempête aura duré.

Liant soleil à son âme vint l’alizé à perdurer.

Ils nous obligeaient à ramer à cause d’un mât qui manque !

Les vents l’ont endommagé. Ils nous ont sorti de nos planques,

pour ramer en mer calme. J’étais près de l’eau bleu ruisselant.

Et je chauffais le bout de ma rame, ô soleil persistant...

 

Nous ne devions guère parler car leurs fouets faisaient craintes.

Des coups sur nos dos accablés, la douleur qui nous fit craindre.

Dii Mauri nous donna une brise à ne pouvoir ramer.

La voile prenait prise aux mats qui restaient à nous mariner.

Nos efforts furent compensés mais l’océan se mit en colère.

Ainsi nous fîmes balancer par l’eau venant en arrière.

D’une chaleur nous étouffant, nous étions liés aux poignets.

A la souffrance qui nous touchait, le manque d’eau épargné.  

Se réveilla la mer immense nous balançant de force.

Nous avancions en danse dans la cale qui nous écorce.

Revivre l’angoisse de ces tragédies, ô, mais quel bourreau ?

Ses houles avaient rejoints nos forces se mêlant à tous flots.
Soudain ma peur vint aux amorces d’un gouffre d’un bateau.

                                   La Réunion lontan St-Denis Pont Labourdonnais n°

 

La mer se calmait, à nouveau le ciel dessinait une forme ;

Il venait vers notre bateau, des blancs oiseaux n’ont difforme.

Ils poussèrent vite des cris de joie ! Les blancs levaient les poings,

en regardant tous et au loin, une terre destinée en pré-joie.

Les marins criaient fortement, et puis chantaient des louanges.

La joie des hommes pour cette terre inconnue fut immense.
Rien n’était fini, tout commençait à partir de ce jour ! 
Ce n'était, pour nous, ni la nuit ni le jour mais le fouet toujours !  
Qui viendra s’apitoyer de mon air ? J’ai que de rancunes

et guère de larmes aux yeux. Rien s'éteint, tout s'allume ! 
Oiseaux dans le ciel, cris rudes, ô souffrances pour tout appui. 
Sur mes maux venait solitude, un cri interne l’envi. 
Même un tollé d’applaudissement n’apaisait mes peines.

Qu’ils s’extasiaient aux bruits, ces marins blancs, étaient forts d’haleine.

 

En descendant les lentes poulies, Ils s’apprêtaient d’aborder.

Au loin, la côte de cette terre,  je voyais des étrangers.

En regardant si longuement ce rivage si étrange,

Je me posais tant de questions qui finiront par étranges !

Ils donnaient l’ordre d’arrêter le négrier en voilure.

Ils ordonnaient de descendre les voiles aux moindres pliures.

Puis un marin tout blanc vêtu venait avec une ultime

envie de nous mettre à nu. Il palpait nos corps si intimes.

Il me priait d’ouvrir ma bouche. Tenu par un marin

j’obéissais même si louche. Forcé, je le fis mais serin.

Leurs blancs poignets écrasants nos sombres corps noirs aux paniques.       

Par cet étranger abusant nous violait ô diabolique.

Libérant les poils de nos têtes, ils nous lavaient à l’eau de mer.

En nous donnant à zétète¹, nous enduisaient de goût amer

Nous donnant même des tissus propres afin de paraître

à leurs yeux qu’un individu qui doit remercier son maître.

 

¹Du grec zetein « chercher »

 

                                         La Réunion lontan Saint-Pierre vers 1800 photo ANOM n°5

  Ils descendaient les barques. Venaient des cris de chaînes à l’avant.

Mais quelle débarquement les coups de fouets tombaient dûment.

Attachés les uns aux autres, nous restions à jamais groupés.

Dans des canots près des nôtres nous descendions tous regroupés.

Un par un et le long de la coque, les blancs, nous descendaient.
La mer se battait en breloque dans les sens qu’on descendait ;

Elle faisait maintes clapotis, je touchais pensif la vague.

Attendre dans un corps tout meurtri un monde de divagues.    

Vers nous, une lueur blanche, un besoin d’être sur un sol. 
Qui par la capture, ma revanche, sur des gens en parasol.

  

                                            Jaquette en photo l'Ode au Coeur Officielle

                                                                                                    

                                            La terre destinée

 

  Près de l’eau, couleur du ciel clair, nous ramions vers cette terre.

Le soleil ne nous était pair à l’envie d’être sur terre.

Je ramais dans ses vagues de cette mer au goût salé.

Et qui d’entrain aux divagues, lourde, une voie de pis-aller.

De bravoures nous arrivions par le poids des chaînes entassées.

Nos pauvres pieds moribonds mouillés par la digue enlacée.

A cette terre inconnue, ayant cette peur d’arriver.

Le marin frappa ma peau nue, à savoir où, me fit râler.

 

Nous nous déplacions enchaînés les uns aux autres, par troupe.

Les femmes furent désenchaînées marchant d’allure du groupe.

La vue éblouissante, quand mes pieds, touchaient le sable chaud.

Ce soleil, lueur éclatante m’empêchait de voir plus haut.

Cette terre me fait peur. De vertes allures célestes

nous acclamaient de nos ardeurs. Comme l’animal en leste.    

Devant nous, attendions de nous surprendre la cohue des blancs.

Être un monde moins tendre en nous prétendions à l’élan.

                                    A l’effet d’être animal

                                       L'Ode N° 33

 

Nous débarquions dans un monde inconnu, un monde d’homme blanc.

Nous toisait en faisant ronde autour de nous, faisant semblant

nous voir à l’effet d’être animal, du pieds à la tête.

Nos marches, dûment épuisés par ce mal, sonnaient l’entête.

Que nous retenaient nos chaînes, à l’envi d’un retour par mer.

Nous fouettant dans nos marches des coups laissaient le goût amer.

Nous conduisant à l’avant des gens, à l’effort d’une marche.

Dans un monde de patriarche, nous nous mettions en avant ;

pour la simple raison, être faible, devant un peuple différent.  

 

                                Nos corps vendus, ô infâme !                      

 

                          1617488_479648665480397_1519898957_o

 

                              Saint-Paul (archive départemental Réunion)

 

Nos corps vendus, ô infâme à ma colère de brandir !

Devant nous ces hommes et femmes qui nous toisaient à gaudir.

Tous octroyaient une heurte à qui crierait le plus fort,

serait celui qui s’aheurtait aux sentiments dus à l’effort.

Nous devions par la suite, suivre hommes et femmes laiteux.

Ils nous ont choisis, survivre à l’idée croire aux adieux.

 

Je ne vous tairai jamais, pour ceux qui sont liés à l’Afrique,

n’exclue pas l’amour que j’en ai pour lui. Peur d’abandonnique,

et si les hommes blancs, n’étiez jamais venu à Zanzibar ;

L’ Afrique aurait conservé sa liberté, est-ce trop tard ?                                                                                     

Meut par lente enchaînement, mon corps vendu par un maître !

Aux animaux qui n’en dément, à la charrue qui s’apprête !

Escortés par ceux du bateau, nous délogions cette masse.             

A l’éloignement des bedeaux nous traînions ainsi sur place.

 

 

 Fin de la première partie...

 

Atelier Paul Clodel Réunion: Expo 2018 - le traitïsme

Cotation de l'artiste: 50 € le point (- 20%)* (Exemple: 15 P (F) à 50 € le point soit (15x50 = 750 - 20%= 600 €) 08 (P) (F) ou (M) = 320 € 10 (P) (F) ou (M) = 400 € 15 (P) (F) ou (M) = 600 €

http://asspaulclodel.canalblog.com

                              

                                 - 20%         VENTES EXCLUSIVEMENT A LA REUNION 

                                                                    email: ass.paulclodel@gmail.com

 

                           Atelier Paul Clodel - logo 2

 

Du traitïsme au néo-traitïsme: CliP'Art VidéO de Paul Clodel

Textes & images protégés © 2018